• Le regard dirigé vers l'innefable couchant etherique,

    j'intègre la chaleur à défaut de ton règne :

    couche superficielle analogue à l'interprétation de la cause première,

    complexité d'une cristallisation qui s'opére à l'origine des mondes.

     

    Photo : DeviantArt



  • La peau chante

    reflet pâle sur le coeur
    halieutique courant
    Les yeux évoquent l'embrasement
    Il pleut sur mes paupières


                                      Tu me regardes
                                       bleu d'ivresse
                                      fragile émotion


    Cognent les heures
    le bruissement de ton coeur
    espérant
    et transi d'amour


                                      Je veux mourir
                                      aux  rivages de tes yeux
                                      et renaître
                                     

                       effleurée du bout de tes doigts



    Photo : Sophie Thouvenin




  • Indice de perfection,
    je suppose l'incarnation auprès de toi.
    Cristallisation d'un doux aspect plus que commun de l'amour où ma vision détermine le rythme du sens.
    Ton rayonnement semblable au combat du feu et de la terre, sans cesse renouvelé, habite les chairs et la dispense de toute élèvation.
    La volupté prend le pas sur la matière toujours féconde
    qui s'étonnera de remonter sa destinée,
    car l'âme est intrépide à demeurer au loin de la nature des choses.
    Il n'est de mots,  même ni de nombres plus impairs. Le sanscrit de la lumière s'étonne parfois de la pureté de l'intention,
    demeurant éternellement centrer à l'aube de l'humanité.

     

    Photo : DeviantArt



  • Nous c'est la Rencontre du mystère, 
    entre le fruit et l'arbre,
    entre la colision d'une étoile et d'une comète,

    chapelets de voiles, tourbillons de chaleur à l'orée du coeur.

    Je bois la coupe de tes lèvres
    fraîcheur intacte à l'arrivée de l'hiver, quiétude d'une onde delicate.
    Je m'étreins déterminée par ton audace.
    Je m'étreins jusqu'à renaître tout contre tes veines,
    densité si parfaite.


    Je découvre à nouveau mon ciel sous tes caresses.
    Délectation, je m'évapore près de ton coeur, insue de ton atome en particules douceur.



    Photo : DeviantArt






  • Tout a retrouvé

    le non sens de l'existence.
    Tout d
    é
    truit l'ambivalence des actes.
    Plus aucune expression sur ton visage.
    L'abolition de ton
    être qui s'éloigne de cette couche ethérique en é
    volution.
    Tu as perdu les rep
    è
    res de ton vide, de cet autre que tu croyais tari.
    Tu as cru l'existence simple de tes sourires, constell
    é
    s des regards gris d'innocence.
    Tu as perdu tous les fils qui te reli
    és à
    lui.

     



    Photo : DeviantArt






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires