• Citadine aurique

    Citadine aurique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photo by Blueblack (DeviantArt)
     



    Je divague et nargue  mes étranges projets...déconvenue futile , à l'ombre des routes agiles je me meus au milieu des regards ténébreux, ne tenant que le clair et l'obscur au travers des cheveux.



    L'obscurité bat le sombre frémissement nécrosé, le parapluie les protège pourtant...eux qui croient que mêmes les eaux mentales ne peuvent en aucun cas baigner les plaies de leurs profonds desespoirs...Je les vois hommes tranquilles, nonchalants dans la ville, issu de rien, ne regardant que le bas, freluquet hideux de leur courbure, égo écheveulé, plein d'insousciance comme à l'ordinaire.



    Je reconnais là cet air austère et ennuyeux à en mourir...il me reconnait sur le pavé...lumière toute frêle regardant les cieux ombrageux et riant d'eux...Pourvu que tu me laisses sur ma route, tranquille et loin...pourvu que jamais je ne croise ces fous furieux qui ne comprennent rien aux ciel ...Je suis la fille du vent, je suis la comète de la ville, mes longs cheveux noirs, se  tortillent telles des femelles gorgones gentilles.

     

    C'est pour mieux me repaitre loin de la noirceur des villes...garder la lumière juste au creux là d'une prunelle fragile...


    Je ne suis pas la trace...Je ne suis pas la courbe hideuse de la confusion...Je cerne le vide et l'espace...lançant çà et là quelques éclairs futiles de couleurs auriques, afin de les mieux réveiller, ces pauvres cœurs à décongeler.