•  

     

    Des bris de mots
    aphtes convalescents

    Je défends la mansuétude de tes gestes
    La délectation des échos
    Tout abonde
    Tout gesticule
    le moindre de tes mouvements
    comme un déplacement ridicule de ton être.

    Il pleut sur mon âme
    d'indicibles rêves trop pâles.

    La lune caresse les arcanes
    Un or bleu déposé sur la mer.

    Je sème des pierres de lune sur mon sommeil
    jusqu'au bout de mes étoiles

     

     

     

     

    Photo : DeviantArt




  • J'invoque la route du silence
    où la douceur  repose...
    Sedation équivoque
    mon âme implose
     
    Au delà du règne de mes songes.
     

     

     

     

    Photo : DeviantArt




  • Abandon d'espace et de lueur
    Anonymé en universalité,
    la terre est bue,
    l'atome croqué.
    L'ombre évoque la trajectoire du drame cosmique.


    L'instant est un frisson qui remoue le ciel,
    un ondoiement de pureté stellaire,
    une entraille intime
    où le son et l'écho rejoignent le doux rivage d'une voie lactée microcosmique.



    Photo : DeviantArt




  • Je perds la trame

    J'équivoque tout ce qui n'est pas,

    le sans lieu,

    le sans toi,

    l'espace où tu n'es pas.

    Tout se perd

    Tout se transforme

    et je reste là

    comme un fantôme

    dans l'ombre de ta lumière.

    Tu es le doute

    Tu es l'absence

    Tu es l'amour

    Tu es l'effet de la cause

    la question sans réponse.

    Tu es le reflet cassé

    le vide dans lequel je me perds, meurs et renaîs.





    Photo : DeviantArt






  • Quand la vue determine

    la fludité des mots

    le contraste s'appose près de la lumière

    enchevêtrement

    au coin de la page

    blanche




    Photo : DeviantArt





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique