• La dynamique évoque la tonalité des aurores consacrées,

    symbolisme profond de chacun de nos sens,

    pulsions psychiques,

    comme une intelligence imaginaire sujette à divers noeuds émotifs

    coincés dans la matière sans nom.

    Photo : DeviantArt




  • J'écoute le paradoxe de l'instant,

    embrasure du poème où les errances témoignent  la fatalité de l'amour.

    L'âme en convalescence habite une energie 

                                      infiniment renouvelée à l'oraison du coeur et

    maintes fois répétée.

     

     

    Photo : DeviantArt

  •  

    La lèvre rougeoyante explose.
    L'apoplexie se vide.
    Regard t
    énè
    breux.
    Il existe des confins n
    ébuleux aux repères de feu, dans la gorge aride où tout se glisse, mê
    me le pire des silences hypocryte.
    Il faut verser la larme
    à l'espé
    rance.
    Tenir la porte au rep
    è
    re du vide.
    L'extase s'accomode des absences, t
    é
    moignant des ombres en survivance.
    La plaie saccage les sens , quelques lignes se vrillent, attach
    ées à cette tragé
    die.


    Photo : DeviantArt

  •  


    Ton monde à mon monde
    Ta liberté


    Ta vie
    est une absence
    en double causalité
    où ton océan s'éveille

    Mon corps celeste
    embrase ton étoile

    Notre univers
    est un chant
    loin du monde des causes

    Mon soleil caresse
    l'océan de ton feu

    Je respire l'infini de tes yeux
    et ma terre devient bleue
    épousant  ta foudre
    léchant le sel de ton écume

    Je deviens l'arc-en-ciel
    de notre finitude

     

    Photo : DeviantArt





  • Le regard dirigé vers l'innefable couchant etherique,

    j'intègre la chaleur à défaut de ton règne :

    couche superficielle analogue à l'interprétation de la cause première,

    complexité d'une cristallisation qui s'opére à l'origine des mondes.

     

    Photo : DeviantArt





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique