• le Verbe





    Les mots s'embrassent, s'accolent, se dispersent sur la tangeante ligne d'une mémoire plus qu'ordonnée, les mots se revèlent à l'inconstance de nos rêves, folle tragédie ployant l'innocence, de nos pulsions candides.
     Je connais la folie des phrases mensongères qui vous tuent et vous laissent sans le moindre repère.
    Je connais tout ceux qui espèrent  les mots, toujours les mots pour nous dire le meilleur et le pire.
    Le verbe me pousse et me décale toujours plus loin de toi, de ce monde en résonnance, en désarroi, sur les parois de mon âme.
    Je me sens folle à l'idée de revivre encore, tragédie de l'enfance exactitude de printemps d'innocence sur des arc-en-ciel de plénitude.
    Le Verbe appelle toujours plus haut les vibrations de nos coeurs, qui s'implorent et s'endorment sous les doux et pâle rayons des cieux de nos vies qui se donnent.